connexions underground

la vie under ground
musique : pulsar / global trancemission

la vie under ground

   cliqueter sur l’image

 

mycelium

connexions silencieuses

là, il se passe quelque chose, quelques autres choses dont l’animal ne sait pas grand chose ;
( car, peut être (?), le règne animal ne doit-il son apparition, du moins son développement, qu’au végétal (et notamment des arbres). qui, par nécessité lui a « toléré » cette prospérité,, voire même, pour les insectes, encouragé leur multiplicité :
ne serait-ce, par exemple, que pour résoudre son « choix de l’immobile » ce qui a favorisé la « co-évolution » et donné naissance à ce prodigieux monde (merveilleux) en perpétuel mouvement de l’intime et réciproque côtoiement des plantes et de l’insecte.

Dix centimètres cubes d’un sol fertile et très riche en matières organiques peuvent contenir jusqu’à 1 km de filaments mycéliens d’un diamètre moyen de 10 micromètres. Sa vitesse de développement peut atteindre 1 km par jour lorsqu’il se ramifie dans des conditions optimales. Sa croissance s’effectue toujours en longueur, et non en épaisseur, afin d’augmenter sa capacité d’absorption.
Dans le Michigan, aux États-Unis, des chercheurs ont mesuré un mycélium qui occupait à lui seul une surface de 15 hectares, pesait plus de 100 tonnes et était âgé de plus de 1 500 ans.
En 2000, en Oregon, un mycélium d’Armillari ostoyœ, un champignon géant, mesurant 5,5 km de diamètre et s’étendant sur une superficie de 890 hectares en forêt a été découvert. Le champignon était vieux de plus de 2 400 ans
viaMycélium — Wikipédia.

l’homme, cette étoile filante

 

l'ailleurs d'ici
étranges étrangers

Laisser un commentaire


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.